Togo: l’eau potable de plus en plus disponible

0
515
avgle my wife jello ass. pron pendeja petera de glew.

Au Togo, les autorités ne cessent d’investir dans le secteur de l’eau potable. De grands chantiers sont ouverts pour apporter de la satisfaction aux populations, surtout celles qui sont installées dans les zones éloignées de la capitale.

Grâce à des investissements de taille, le pays peut compter sur des projets pour apporter de l’eau. Surtout, le Projet eau et assainissement au Togo (PEAT) divisé en 02 phases.

Les réalisations pour le compte de la première phase du projet ont coûté à l’exécutif togolais 05 milliards et 212 millions de francs CFA. Elle a pris fin depuis août 2021. Quant à la deuxième, un montant de 25 milliards de francs a été mis sur la table.

Actuellement, de grands projets structurants sont en cours d’exécution. Le ministère de l’Eau et de l’Hydraulique villageoise table sur un volume d’investissement de 90 milliards de francs CFA. Il prend en compte la phase 2 du projet AEP et le PASSCO 3…

Ce dernier consiste à la réalisation de 950 forages dont 500 dans la région des Savanes et 450 dans la région de la Kara. Bien avant, la première phase du projet avait permis de réaliser 354 forages équipés de pompes à motricité humaine dans la région des Savanes.

Après, la seconde a contribué à la réalisation de 400 nouveaux forages équipés de pompes à motricité humaine dont 200 dans la région des Savanes et 200 dans la région de la Kara. Lancée pour une durée de 20 mois, la phase 2 du projet AEP prendra fin d’ici le 23 février 2023. Son objectif est d’étendre le réseau d’eau aux quartiers éloignés de la ville de Lomé.

Le Togo a par ailleurs intégré d’autres chantiers au Plan d’urgence dans la région des Savanes. Les populations vulnérables installées dans la partie septentrionale du pays bénéficient de 75 forages en cours de construction dans près de 30 localités.

D’autres chantiers débuteront en 2023. Ils vont nécessiter un investissement d’une soixantaine de milliards de francs CFA. Le Togo entend bien tout mettre en œuvre pour faire de ses ambitions une réalité.

D’ici 2025 comme taux de couverture, l’exécutif compte atteindre la barre des 85% au plan national, 95% en milieu rural, 85% en milieu semi urbain, 75% en milieu urbain et 80% dans le Grand Lomé.

 

sexy cheating aunty shreya.sex videos
bigtit amateur sucks sex agents cock. www.freesexstories.pro