Togo: 13 agents de l’UMCC aguerris pour empêcher les trafics illicites au Port autonome de Lomé

0
190
avgle my wife jello ass. pron pendeja petera de glew.

Le Togo multiplie des initiatives pour renforcer la lutte contre les trafics illicites par voie maritime. Dans ce sens, le Haut Conseil pour la Mer (HCM) a organisé du 27 juin au 1er juillet derniers, une formation sur le contrôle des conteneurs, des navires et d’analyse des informations à l’endroit de 13 agents de l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs (UMCC) issus de la gendarmerie, de la police et de la douane. L’initiative s’inscrit dans le cadre du projet de coopération portuaire (SEACOP), financé par l’Union Européenne.

Selon les organisateurs, cette formation fait suite au constat selon lequel le Golfe de Guinée est en proie aux trafics illicites notamment de drogues, d’armes, de médicaments, de biens de contrefaçon voire d’êtres humains.

L’objectif est donc de renforcer les capacités des agents de l’UMCC dont la mission principale est d’empêcher l’utilisation de la chaine logistique maritime à des fins criminelles et de procéder aux analyses des risques et au contrôle des conteneurs ciblés, afin de pouvoir détecter les produits prohibés cachés dans les conteneurs en transit ou à destination du Togo.

« La pratique des acquis de cette formation permettra aux 13 stagiaires de contribuer à lutter efficacement contre le crime transmaritime en vue d’assainir les eaux sous juridiction togolaise de tout trafic. Nous remercions l’Union Européenne qui ne cesse d’accompagner le Togo dans sa quête de la sécurisation de son domaine maritime particulièrement son port », a indiqué Ferdinand Karou, représentant du ministre conseiller chargé du Haut Conseil pour la Mer.

Pour le compte de cette formation, le projet SEACOP a dépêché deux experts de la zone française pour donner aux bénéficiaires un cours complet théorique et pratique sur la problématique de la fouille de navire de commerce.

« La problématique de l’étude de structure et de plan de navire est un dessin architectural à intégrer et à comprendre pour reconnaître comment les organisations criminelles arrivent à déstructurer leur navire, à cacher les marchandises et à reconstruire autour de ces dernières. C’est pour cela qu’il faut avoir des connaissances assez approfondies en matière de construction navale et il existe plusieurs niveaux de formation en la matière. Aujourd’hui, nous avons fait au Port autonome de Lomé une première formation appelée formation débutant. Tout au long du projet SEACOP, ils pourront recevoir des formations complémentaires afin d’avoir des acquis professionnels beaucoup plus importants », a laissé entendre Guy Salas, l’un des formateurs.

Notons que le projet de coopération portuaire (SEACOP) concerne 30 pays dans le monde. Son objectif est de renforcer l’efficacité du réseau de renseignements et de contrôle mais aussi d’améliorer la coopération et le partage d’informations entre les Etats bénéficiaires.

sexy cheating aunty shreya.sex videos
bigtit amateur sucks sex agents cock. www.freesexstories.pro