Fabre: ‘Cette histoire de la CNAP n’est qu’un attrape-nigaud’

0
333
avgle my wife jello ass. pron pendeja petera de glew.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) effectue une nouvelle sortie médiatique sur l’actualité politique, sociale et économique du Togo. Devant la presse jeudi à Lomé, le parti de Jean-Pierre Fabre a présenté un tableau qui compare sa position au relevé de conclusions des travaux de la Concertation Nationale entre Acteurs Politiques (CNAP). Par ailleurs, le parti s’est prononcé sur la situation politique dans la sous-région ouest africaine notamment au Mali et en Guinée.

Pour l’ANC, la CNAP n’est qu’une « histoire d’attrape-nigaud ». Ce parti fustige les conclusions des travaux surtout les points concernant la nomination du tiers des sénateurs par le chef de l’Etat, le statut de l’opposition et l’authentification des bulletins de vote.

L’ANC dénonce la proposition selon laquelle le tiers des sénateurs devrait être nommé par le Chef de l’Etat dans un esprit d’ouverture. C’est-à-dire que Chef de l’Etat devra faire preuve de magnanimité en nommant des sénateurs mais également dans l’opposition.

« C’est un des points saillants du document qui montre que la CNAP n’a pas été convoquée pour assainir le cadre électoral mais que des gens aient une attitude de complaisance dans la perspective d’une nomination éventuelle comme sénateur », a indiqué Jean-Pierre Fabre.

Le parti de Jean-Pierre Fabre n’est pas également d’accord sur le nouveau statut de l’opposition. Pour ce parti, dire que: « Peut être considéré comme de l’opposition tout parti politique qui n’a pas un accord de gouvernement avec le pouvoir en place », n’a aucun sens. Car un parti politique peut ne pas signer un accord de gouvernement avec le pouvoir mais peut être son soutien fieffé.

De même, l’ANC rejette ce qui a été retenu au sujet de l’authentification des bulletins de vote.

« C’est ces quelques uns des points saillants qui nous ont emmenés à suspendre notre participation aux travaux de la CNAP. Ce qui a obligé le gouvernement à précipiter la fin des travaux qui sont achevés dans la confusion », a indiqué l’ANC dans sa déclaration liminaire.

En participant aux travaux de la CNAP, l’ANC dit s’attendre à des réformes à minima, portant sur des questions basiques telles qu’un nouveau recensement électoral pour constituer un fichier électoral propre, une CENI paritaire et équilibrée, dont le principe est déjà acquis et acté au cours des discussions politiques de 2018, sous l’égide de la CEDEAO, la revue du statut de l’opposition avec une définition plus pertinente de l’opposition, des mesures d’apaisement comprenant la libération de tous les détenus politiques et le retour des exilés, la gestion de la pandémie du Covid-19 avec ses conséquences en termes de vie chère.

Sur la situation politique dans la sous-région ouest africaine avec des coups d’Etat militaire au Mali et en Guinée, l’ANC a dénonce l’attitude de la CEDEAO. Pour le parti, la CEDEAO n’intervient jamais en amont pour prévenir les crises politiques et se précipite pour prendre des sanctions en vouant aux gémonies des acteurs qui invoquent, les tripatouillages constitutionnels et électoraux et les graves atteintes aux libertés fondamentales perpétrés impunément par les Chefs d’Etats déchus.

« La prise du pouvoir par les moyens anticonstitutionnels, notamment par un coup d’Etat, est condamnable et inacceptable. Par principe. Mais lorsque l’on voit les populations se mobiliser en masse pour applaudir et soutenir un putch, il est plutôt difficile de suivre et d’appuyer les yeux fermés, les condamnations et les sanctions prononcées ainsi que les calendriers imposés par les institutions internationales, régionales qui appellent à un retour à l’ordre constitutionnel », écrit-il dans le document de la déclaration liminaire.

Pour finir, l’ANC pense que la CEDEAO a la possibilité de prévenir ces situations en amont, en recadrant avec la même fermeté, les dirigeants en délicatesse avec la bonne gouvernance et qui n’hésitent pas à recourir au tripatouillage de la constitution et des élections, à la corruption, à la violence politique pour se maintenir indéfiniment en place ou assurer une dévotion du pouvoir de père en fils.

Boris K.

sexy cheating aunty shreya.sex videos
bigtit amateur sucks sex agents cock. www.freesexstories.pro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici