Arrestation des pédopornographes dans le Zio: 1.2.3 Togo a énormément contribué

0
473

La police togolaise a démantelé en fin de semaine dernière dans la préfecture de Zio le réseau des enfants auteurs d’une vidéo pornographique qui fait le tour des réseaux sociaux depuis quelques jours. 1.2.3 Togo, une ONG défendant la cause des enfants a beaucoup contribué à l’identification et a l’arrestation de ces enfants en donnant l’alerte sur les réseaux sociaux et en informant les autorités sécuritaires du Togo.

Tout est parti d’une vidéo reçue le 20 mars dernier par la présidente de 1.2.3 Togo, Grétah Waklatsi sur sa page facebook et qui mettait en scène des enfants parmi lesquels des mineurs qui sont en train de commettre des actes sexuels. Selon celui qui la lui a envoyée, il s’agit d’une vidéo qui circule depuis sur les réseaux sociaux et que des gens se partagent dans des groupes WhatsApp.

Et pour comprendre ce qu’il en est, après des échanges avec son bureau exécutif, la présidente de 1.2.3 Togo a décidé de faire des captures d’écrans et des live qu’elle a publiées sur sa page facebook afin d’amener des gens à reconnaître ces enfants et informer leurs parents. Suite à cela, elle a été contactée par une dame qui lui faisait savoir que la le dialecte qui est parlé dans la vidéo est similaire à celle de chez elle, Notsè ou carrément de Tsévié ou Tabligbo. Mme Waklatsi a ensuite demandé à la dame en question de faire une nouvelle vidéo sur le sujet dans cette dialecte pour une publication sur les réseaux sociaux afin d’informer les internautes et faciliter ainsi l’identification de ces enfants.

Après la diffusion de ladite vidéo, des internautes ont confirmé qu’il s’agit d’une dialecte de la préfecture de Zio et qu’il y a effectivement des enfants là qui tournent ces genres de vidéos.

Parallèlement, 1.2.3 Togo a envoyé la vidéo au commissariat de police de Tsévié qui a promis mener une enquête pour appréhender les auteurs.

C’est dans ces tractations qu’un Togolais vivant en France s’est également saisi de l’affaire et a promis une somme de 300 000 FCFA à tous ceux qui aideront à appréhender ces enfants. A cette somme, 1.2.3 Togo a également proposé d’ajouter 300 000 FCFA. C’est alors que des retours ont été abondamment faits et l’enquête ouverte par la police a permis d’arrêter le dimanche 28 mars dernier à Adangbé (Zio) certains des auteurs de cette vidéo dont le cerveau est en fuite vers le Ghana.

« En tant qu’une ONG défendant les droits des enfants, nous avons tout simplement aider à l’identification des enfants auteurs de cette vidéo virale en informant la population sur les réseaux sociaux. Car c’est grâce à nous que les Togolais ont appris l’existence d’une telle vidéo qui apparemment date de plus d’un an et qui est vendue sur des sites pornographiques dont Youtube. Nous remercions la police nationale pour le travail abattu et espérons qu’elle parviendra à interpeller au plus vite le cerveau de cette bande », a déclaré Mme Grétah Waklatsi.

Les enfants interpellés ont été présentés lundi à la presse par la police nationale. Les mineurs contraints à l’acte ont été confiés aux services de l’affaire sociale pour un suivi.

Créée en 2009 en France, lONG 1.2.3 Togo a pour mission de venir en aide aux enfants vulnérables et démunis. Depuis sa création, elle a eu à construire un centre éducatif à Agbanakin (Lacs). Elle a également fait des dons de matériels didactiques aux écoles dans plusieurs villages, des matériels de soins à certains centres de santé et parrainé des enfants à travers des bénévoles français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici