Covid-19: Faure Gnassingbé à l’avant-poste de la lutte

0
267

Depuis le début de la crise sanitaire au coronavirus, le chef de l’Etat togolais s’investit beaucoup dans les efforts de riposte. Faure Gnassingbé est le président du comité national de crise sur instruction de qui le gouvernement a décuplé des mesures idoines pour réduire les risques de contamination et améliorer la prise en charge.

Dans le cadre de la gestion de la pandémie, Faure Gnassingbé a mis en place la Coordination nationale de gestion de la riposte contre le coronavirus (CNGR), le Conseil scientifique national et des protocoles sanitaires conformément aux dispositions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le président a également pris des dispositions particulières pour amenuiser les impacts socioéconomiques dévastateurs pour les citoyens comme la politique d’allègement des charges fiscales et le programme d’aide sociale par transfert monétaire (12 500 francs pour les femmes et 10 500 pour les hommes) dénommé « Novissi ». Il a permis d’aider 376 108 femmes et 205 022 hommes avec 11,6 milliards de francs CFA.

De même, un fonds de relance en faveur des TPME a été mis en place en août 2020 avec des crédits allant à 10 millions, pour un taux bonifié de 5%. Depuis le 1er avril 2020, le montant des échéances de crédits reportées pour aider les entreprises est de 18 milliards. Du début de la crise jusqu’au 15 décembre 2020, l’Etat togolais a dépensé 52,2 milliards pour relancer l’économie.

En ce qui concerne l’allègement fiscal en faveur des PME/PMI, la réduction des droits d’enregistrement et d’immatriculation a été maintenue de 5 à 1,5%. La pression fiscale sur les jeunes entrepreneurs notamment la Taxe professionnelle unique (TPU) a été revue à la baisse.

Le plancher de cette taxe soumise à un régime déclaratif qui était à 30 000 francs CFA est maintenant fixé à 20 000 francs. Il y a en outre l’exonération des droits de main levée et de radiation des hypothèques sans oublier les ajustements techniques relatifs à la patente, au dépôt des déclarations de l’impôt sur les sociétés, au minimum forfaitaire d’imposition et à la retenue sur loyer, etc.

Dans les coulisses, les autorités mettent les petits plats dans les grands pour une campagne de vaccination fiable contre la maladie et une prise en charge des sujets malades davantage améliorée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici