Mali: Prof Dussey a pris une part active à la réunion inaugurale du Groupe de soutien à la transition

0
233

La réunion inaugurale du Groupe de soutien à la transition au Mali s’est tenue lundi à Bamako au Mali. Le Togo a pris part aux travaux grâce à la présence de son ministre des affaires étrangères, Prof Robert Dussey. A l’issue, Lomé a été choisie pour abriter la prochaine séance.

La rencontre a été co-présidée par l’Union Africaine, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les Nations Unies. Elle a enregistré la participation des représentants de haut niveau des pays membres de la CEDEAO, du G5 Sahel et d’autres pays et Institutions partenaires du Mali. Les priorités de la transition dans la mise en œuvre des réformes institutionnelles et politiques et en matière de sécurité et de développement économique ont été principalement au cœur des discussions.

La rencontre été également une occasion de faire le point sur l’état de la mise en œuvre de l’accord de paix d’Alger et procédé à un examen complet des défis sécuritaires au Sahel en général et au Mali en particulier.

Le Togo y a pris une part active. A l’occasion, le ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des togolais de l’extérieur a, au nom du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, félicité la Commission de l’Union africaine et le Gouvernement malien pour cette initiative qui témoigne de l’appropriation des problèmes africains par les Africains.

Prof Robert Dussey ensuite a exprimé le soutien indéfectible du Togo à l’initiative et en a appelé à la solidarité des pays africains et à la mobilisation des partenaires internationaux pour une consolidation de la paix, de la sécurité et pour l’enracinement durable de la démocratie au Mali.

Pour le chef de la diplomatie togolaise, la stabilité au Mali passe, entre autres, par un soutien massif à tous les mécanismes visant à réduire la pauvreté et à améliorer le bien-être social des populations, surtout les couches les plus défavorisées.

« Le Groupe de soutien à la transition au Mali doit coordonner et harmoniser les efforts des pays et partenaires internationaux (l’Union Africaine, la CEDEAO, les Nations Unies, l’Union Européenne, l’Organisation de la coopération islamique, l’Organisation de la francophonie, la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, le G5 Sahel, la France, les Etats Unis d’Amérique, la Grande Bretagne, la Chine, la Russie, le Canada , l’Allemagne…) pour soutenir le Gouvernement de transition et le peuple malien, en tenant compte des priorités et des réformes contenues dans la Charte de la transition », a-t-il ajouté.

Notons que c’est la capitale togolaise qui a été choisie pour accueillir la prochaine séance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici