ScanTogo explique les procédures d’acquisition des terrains et d’indemnisation des biens à Sikakondji

0
452

C’est un sujet relayé par certains journaux il y a quelques semaines. Le problème d’indemnisation des biens sur les terrains exploités par ScanTogo, une filiale de Scanmem International, membre de HeidelbergCement dans la préfecture de Yoto, qui est pendant devant le tribunal. Il est reproché à la société de procéder à des indemnisations dérisoires et injustes des biens détruits sur les terrains exploités. Les premiers responsables de la société réagissent et expliquent leurs procédures d’acquisition de terrains et d’indemnisation de biens.

L’affaire prend de l’ampleur et c’est l’administration de la société, avec à sa tête, Jean Adolehoume, Directeur administratif qui s’est prononcé jeudi à Sikakondji devant la presse.

La société qui dit disposer d’une procédure claire pour l’acquisition de terrains et l’indemnisation de biens qui s’y trouvent, estime être victime de diffamation. Elle informe que c’est en 2009 que l’Etat togolais lui a accordée un permis d’exploitation de 14,2 km2 de terrains à Sikakondji et elle a procédé au recensement des personnes qui ont des terrains sur ce périmètre. Tous les biens qui existent sur cette superficie ont été également recensés en vue d’une indemnisation.

« Nous avons acheté des terres qui abritent l’installation de l’usine mais également la cité des travailleurs. Nous avons pris le soin, en plus du versement des coûts d’achat des terrains, de trouver d’autres terres de remplacement pour les propriétaires terriens. En ce qui concerne les exploitants, ils bénéficient de la juste indemnisation de leurs biens qui ont été recensés. Nous les avons également autoriser à prendre les biens qui en principe devraient nous revenir », expliquent les responsables.

La société estime avoir été victime de sa magnanimité à l’endroit des propriétaires terriens. Elle affirme que des fraudes portant sur le nombre d’exploitants pour le même terrain, les biens sur les terrains, dont certains n’ont été mis que dans l’espace entre le temps d’avertissement de la visite de recensement de biens et le temps du recensement ont été relevées.

« Les fraudes sont donc palpables. Par exemple, il y a un exploitant qui déclarait 1400 pieds de tecks sur une superficie qui vaut à peine 2 hectares », a relevé M. Adolehoume avant d’ajouter que « les comptages des biens vont se faire dorénavant en saison sèche ».

Les responsables de la société indiquent qu’il existe une bonne relation entre eux et les populations. Ils précisent qu’il s’agit d’un groupuscule qui s’agite pour rien.

« Nous sommes en de bon terme avec les populations qui s’organisent d’ailleurs pour déceler ces fauteurs de troubles », a ajouté Joseph Gomado, le responsable chargé la Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE).

Sur le sujet concernant l’achat des terrains à un prix dérisoire par Scantogo, les responsables affirment que l’Etat togolais, des cabinets assermentés et les populations ont été associés à diverses étapes du processus.

« Le prix d’achat du terrain n’était pas fixé par la société mais plutôt par l’Etat togolais. Toutefois tenant compte des murmures et des grincements de dents, ScanTogo, a voulu corriger pour le contrat de la période 2019-2023, en faisant une proposition de 10 F, le m2 qui ne sera pas finalement avalisée, du fait du préjudice que cela pourrait occasionner pour les autres exploitants de gisement à travers le pays », précise l’administration.

Selon les documents présentés à la presse, pour la période 2019-2023, 571 personnes ont été recensées dans un premier temps pour une indemnisation de 169 935 500 FCFA en mars 2019. Mais après le second recensement réalisé entre juillet et août 2019, on note 430 personnes pour une indemnisation de 35 054 950 FCFA. En ce qui concerne les terrains loués pour la période même période, la superficie est d’environ 300 hectares pour un coût de 6,5 F, le m2.

Présent depuis 2014 au Togo précisément à Sikakondji (préfecture de Yoto), Scantogo est une filiale de  Scancem International, membre de HeidelbergCement group. Elle spécialisée dans le production du clinker. Sa production est destinée à alimenter les usines du Togo du Benin, Ghana et Burkina Faso qui appartiennent  toutes au groupe HeidelbergCement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici