Togo/EHCVM: l’incidence de la pauvreté se situe à 45,5% entre 2018 et 2019 contre 58,7% en 2011 et 51,1% en 2015

0
185

L’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) a publié jeudi à Lomé les indicateurs issus de l’Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) 2018-2019. Cette enquête, organisée dans les huit (08) pays membres de l’UEMOA dont le Togo permet d’actualiser les indicateurs sur les conditions de vie des ménages et de pauvreté tout en les rendant comparables dans les Etats membres de l’Union.

Il résulte que l’enquête EHCVM 2018-2019 a permis de collecter des données auprès de 6 171 ménages sur toute l’étendue du territoire national. Après extrapolation des données, on dénombre 1 812 591 ménages touchés par l’enquête pour une population de 7 635 896 habitants, dont 52,3% de femmes. La population urbaine représente 41,0% de la population totale, les moins de 15 ans représentent 43,5% de la population totale et les plus de 64 ans, 3,4%.

Les principaux résultats révèlent que le seuil de pauvreté, calculé selon la nouvelle méthodologie est de 273 628,3 FCFA par personne et par an. L’incidence de la pauvreté, déterminée à partir du seuil calculé, se situe à 45,5% au niveau national (2018-2019) contre 58,7% en 2011 et 51,1% en 2015. L’agglomération de Lomé connaît l’incidence la plus basse avec une proportion de 22,3%. La région centrale et la région des plateaux ont des incidences de pauvreté qui ne sont pas loin de la moyenne nationale (respectivement 47,3% et 48,9%). La région des savanes a l’incidence de pauvreté la plus élevée (65,1%).

C’est le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre qui a regroupé des cadres de l’administration publique, des représentants d’organismes internationaux, des organisations de la société civile, des partenaires au développement ainsi que des médias.

Dans son allocution de circonstance, Sani Yaya a indiqué que ces nouvelles données statistiques vont servir au suivi et à l’évaluation du Plan National de Développement 2018-2022, de la déclaration de politique générale du gouvernement, ainsi qu’à la mesure des progrès dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) dans notre pays. Il a remercié les différents partenaires techniques et financiers de notre pays qui soutiennent le développement du système statistique national, particulièrement la Commission de l’UEMOA, la Banque mondiale, AFRISTAT et les autres partenaires pour leurs appuis techniques et financiers durant tout le processus de réalisation de l’enquête, du traitement et de l’analyse des données.

La prochaine étape sera la dissémination des résultats à Lomé et dans les cinq régions du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici