Joie Gnadjiele: ‘nous n’avons jamais violenté ni menacé Mme Yawoavi Vodjogbe et ses enfants’

0
282

L’information selon laquelle les sieurs Joie Gnadjiele et Apedo auraient violenté et menacé de mort Charity Yawoavi Vodjogbe, la directrice de l’Orphelinat Mother Charity et 82 enfants orphelins qu’elle a en charge n’est pas vérifiée. Devant la presse mardi, les mis en cause l’ont démentie et réaffirmé que le terrain qui est à l’origine du problème n’appartient pas à Mme Vodjogbe. Par ailleurs, ils comptent porter plainte pour que la lumière soit faite sur cette affaire.

L’affaire prend de l’ampleur et a emmené les sieurs Joie Gnadjiele et Apedo à réagir. Pour les mis en cause, Mme Vodjogbe et ses orphelins n’ont subi aucune menace de mort de leur part. Ils expliquent que c’est plutôt les agents de sécurité de cette dernière qui ont violenté les agents techniques de la commune Golfe 7 qui sont allés lorsqu’elle n’était même là pour faire le constat sur le terrain et voir dans quelle mesure la mairie peut aider à régler le problème.

« Cette rencontre est organisée pour réagir aux accusations portées par Mme Charity Yawoavi Vodjogbe contre nous. Nous n’avons jamais menacé de mort ni violenté cette dame et ses enfants. C’est plutôt ses agents de sécurité qui ont récemment perpétré des actes de violence à l’encontre des agents techniques de la commune Golfe 7 qui sont allés faire le constat sur le terrain », a laissé entendre M. Gnadjiele.

Selon lui, le terrain à l’origine du problème appartenait à Afantchawo Apédo qui l’a vendu à son père, et qu’il a à son tour vendu depuis 2013 à Kodjo Tetera. Il informe que le même terrain est revendiqué par Mme Vodjogbe qui dit que c’est une réserve que 7 chefs des villages du canton d’Aflao Sagbado, dirigés par le chef d’Aflao Lankouvi Avémé, Agbodovo Kokouvi lui ont octroyée.

« Nous réaffirmons que le terrain nous appartient et nous avons des preuves. Nous savons également qu’une réserve administrative n’est jamais octroyée par un chef du village, mais par un service compétent relevant du ministère de l’économie et des finances », a ajouté M. Gnadjiele.

Raison pour laquelle, il affirme qu’il va bientôt porter plainte d’abord contre Mme Vodjogbe pour « diffamation de caractère » et ensuite pour que la lumière soit définitivement faite sur l’affaire de terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici