Économie : le Togo prêt à reformer complètement son secteur minier

0
72

L’un des secteurs sur lequel le Togo compte pour redorer son blason économique est le secteur minier. Depuis longtemps abandonné à son sort le secteur minier extratif constitue aujourd’hui une priorité pour les autorités togolaises dans les cinq prochaines années. Pour ce faire, elles tablent sur 3 principaux axes pour hisser le secteur dans les firmaments des grands pays industriels du monde.

La reconnaissance du potentiel de contribution du secteur extractif en général, et du secteur minier en particulier, au développement de l’économies togolaise est ancienne. En 1980, le plan d’action de Lagos pour le développement économique de l’Afrique de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) identifiait déjà ce secteur comme un pilier de développement et dressait un diagnostic, toujours pertinent, des difficultés liées à la valorisation de ces ressources. De ce fait, la question n’est plus : l’exploitation des ressources minérales est-elle un vecteur de développement ?, mais bien : comment s’assurer qu’elle le soit ?

La hausse continue des cours internationaux des matières premières depuis près de dix ans tire la croissance togolaise vers le haut.Pourtant, l’écart entre l’augmentation significative des investissements dans le secteur minier au cours des dix années passées et les performances de développement économique et social du pays est frappant. Ce constat, largement partagé, a progressivement conduit les premiers responsables du pays à modifier l’approche du secteur qu’ils ont décliné en 3 axes.

« Le premier consiste à la transformation des minerais notamment le phosphate togolais qui connaîtra une accélération dès 2020 (permettant un accès plus facile et moins coûteux aux engrais) et le fer avec l’ouverture de plusieurs usines dédiées à ce minerai. Le Togo dispose de plus de 02 milliards de tonnes de stocks de phosphate, ce qui le place parmi les principaux pays producteurs du continent. En 2019, il a signé un accord de 1154 milliards de francs CFA avec Dangote Industries Limited pour transformer le phosphate national en engrais phosphatés pour l’Afrique de l’Ouest et améliorer la consommation du produit en Afrique. L’activité minière devrait débuter avant la fin de l’année 2019 et permettra, selon les prévisions, de produire 01 million de tonnes d’engrais et de générer plusieurs milliers d’emplois directs ».

Le deuxième non moins important va ouvrir le secteur à d’autres investisseurs ou exportateurs afin d’accroître la production et engloutir les jeunes sans emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici