MSC-Togo: les transitaires demandent la rapidité du processus de documentation

0
589

Ce n’est toujours pas la sérénité entre les responsables de la Société de Maison de Consignation (MSC-Togo) et les transitaires. En cette période difficile due à la pandémie du coronavirus (Covid-19), les services de MSC-Togo deviennent de plus en plus médiocres. Après plusieurs revendications, les transitaires sont encore montés au créneau vendredi pour dénoncer la lenteur dans le processus de documentation.

Les différentes étapes de processus de documentation à MSC-Togo sont notamment les facturations, la délivrance des bons, le payement à la caisse et les formalités au niveau de Lomé Conteneur Terminal (LCT).

Des transitaires de MSC-Togo sont en débrayage depuis la semaine dernière. Selon les manifestants, le mouvement vise à exiger la rapidité des documentations. Il faut que les factures parviennent à moins de 24 heures. Dès que les factures sont arrivées, il faut que le bon à délivrer soit immédiatement livré pour que les formalités de la LCT se déroulent dans les normes.

« Au cours de cette pandémie, coronavirus nous déposons les factures. Elles demandent que les choses doivent être faites en ligne. Nous respectons ces conditions mais elles n’arrivent pas à nous satisfaire. Plus le temps passe, le MSC nous ne fait que nargué en mettant les factures en jachère. Dans le cas normal une facture ne doit pas dépasser 24 heures. Ici à MSC-Togo, les factures font 3 semaines voir un mois. Alors que les clients affirment que la surestarie doit être payée par les transitaires. », a expliqué un manifestant.

MSC-Togo est un leader mondial du transport de conteneur international, une société qui offre un service de couverture globale avec une expertise locale. Il fournit également un réseau intégré de ressources de transport maritime, ferroviaire et routier couvant le monde entier. En 2019, MSC a fait venir un total de 467 navires à Lomé. Les navires opérés au Togo par MSC sont parmi les plus modernes, les plus longs et offrant les plus grandes capacités. L’année 2020-2021 devraient être des années favorables au développement de ces zones logistiques mais n’arrive pas à satisfaire la plupart des transitaires qui opèrent sur leur plateforme.

Pourquoi la satisfaction devient une tristesse et une mélancolie pour les transitaires ? A quoi serait dû ce dysfonctionnement permanent et redoutable ? A quand la fin des peines que vivent les transitaires ?

S’agit-il d’un manque de compétence ?

La société dirigée par Grégory KRIEF qui a pour adjoint Aristide AYIVI reste inaccessible pour nous permettre d’informer les populations sur les raisons de ce manquement entre les transitaires. Pour l’instant, le phénomène continue et les factures des transitaires sont toujours en jachère.

Les transitaires comptent d’ailleurs maintenir jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction. Pour ces transitaires qui opèrent sur la plateforme de MSC-Togo, ces troubles font fuir les clients dans les pays voisins et plombent les activités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici