Togo: l’ANC exige de Mgr Kpodzro les preuves de ses accusations

0
630

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ne supporte plus le fait d’être continuellement traité de « corrompu » par Mgr Philipe Fanoko Kpodzro. Dans une lettre adressée le 16 avril dernier à l’archevêque émérite de Lomé, le parti estime que sa haine  à son égard et son leader procède de leur refus de se soumettre à son diktat, notamment sa volonté d’imposer à des partis politiques régulièrement constitués, le candidat qu’il aura désigné. Par ailleurs, il demande au prélat d’apporter les preuves de ses accusations.

« Vous ne pouvez pas continuer d’abuser de votre position dans la haute hiérarchie de l’Eglise catholique et du statut d’autorité morale que cela vous confère, pour manipuler les populations en diffamant d’honnêtes citoyens qui ont sacrifié leurs vies à une cause que vous prétendez partager », a écrit Patrick Lawson-Banku.

L’ANC dit croire que le temps ramènera le prélat sur la voie de l’objectivité, de la sagesse et de la vérité, mais malheureusement il n’en est rien et indique que son attitude n’est pas un aveu de culpabilité ou à tout le moins, une faiblesse.

Le parti de l’ancien chef de fil de l’opposition pense que la haine de Mgr Kpodzro à son égard et son leader procède de leur seul refus de se soumettre à son diktat que rien ne justifie, notamment sa volonté d’imposer à des partis politiques régulièrement constitués, le candidat qu’il aura désigné.

L’ANC demande à l’archevêque émérite de Lomé d’apporter dans un délai de 15 jours la preuve de ses allégations.

« Le président de l’ANC n’a jamais rencontré seul ni Gnassingbé Eyadéma ni Faure Gnassingbé en tête-à-tête, encore moins reçu le moindre centime d’eux ou du pouvoir en place. Puisque vous persistez à le traiter de corrompu, qui s’en met plein les poches, nous nous voyons contraints d’exiger que vous produisiez sous quinzaine, à compter de la réception de cette lettre, la preuve de vos accusations. Passé ce délai, nous nous verrons dans la triste obligation de vous demander de produire ces preuves devant la hiérarchie de l’Eglise catholique ou, à défaut, devant les tribunaux », ajoute M. Lawson-Banku dans sa lettre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici