Campagne: Trimua demande des preuves à ceux qui accusent UNIR d’utiliser les moyens de l’Etat

0
593

Je voudrais tout simplement mettre au défi tous ceux qui l’évoquent de sortir des preuves. C’est en substance la réponse donnée vendredi par Christina Trimua au sujet de l’accusation portée contre l’Union pour la République (UNIR) d’utiliser les moyens de l’Etat pour faire sa campagne. Le ministre en charge des droits de l’homme indique que UNIR est un grand parti implanté sur tout le territoire qui mène ses activités de campagne sur fonds propre cotisé par ses militants.

Les rumeurs qui courent depuis le démarrage de la campagne électorale en vue de la présidentielle du 22 février faisant état de ce que le candidat d’UNIR, Faure Gnassingbé utilise les moyens de l’Etat pour battre campagne a été démentie vendredi par le ministre en charge des droits de l’homme.

Dans sa réponse à cette accusation sur Kanal Fm, M. Trimua soutient que UNIR est un grand parti qui a un ancrage sur tout le territoire et qui fait sa campagne grâce aux moyens financiers mobilisés à travers la cotisation de ses militants. Le ministre Trimua met même au défi tous ceux qui portent cette allégation UNIR de sortir des preuves.

« La première chose, UNIR est un grand parti implanté sur tout le territoire. Nous avons une structure pyramidale qui va du sommet depuis le directoire qui entoure le candidat jusqu’au plus petit village. C’est toute une entreprise qui est mise en œuvre. Deuxièmement, UNIR anticipe toujours sur les élections et appelle à la mobilisation des fonds à travers la cotisation de ses militants. Nous n’avons pas un seul franc qui vient en dehors du financement public légal des partis politiques auquel nous avons droit comme tous les autres candidats pour la l’appui à la campagne », a déclaré Christian Trimua.

Selon ce cadre du parti UNIR, c’est que le fait que le candidat, Faure Gnassingbé utilise un hélicoptère mis à sa disposition par le parti pour ses déplacements lors de la campagne que des gens tiennent ces propos.

« UNIR dispose d’un important moyen grâce à la cotisation de ses militants. C’est pourquoi, le fait que notre candidat a à la disposition un hélicoptère pour ses déplacements lors de la campagne, l’on considère automatiquement qu’il n’y a que l’Etat qui soit capable de le lui octroyer. Nous avons des togolais qui utilisent des jets privés pour leur propre commodité de chefs d’entreprise au Togo. Donc, il ne faut pas forcément réduire les Togolais à l’Etat quand il s’agit de certains moyens qui peuvent paraitre exceptionnels », a-t-il ajouté.

M. Trimua soutient que UNIR a toujours interdit à ses militants de rouler des engins de l’Etat dans ses manifestations. Toutefois, il estime qu’il peut y avoir des brebis galeuses qui enfreignent à la loi.

« Nous avons toujours dit à nos militants que nous ne voulons pas voir des véhicule publics dans nos meetings. Néanmoins, il n’est pas exclu que nous ayons des brebis galeuses qui l’utilisent. Je ne veux pas dire que nos militants sont forcément des modèles mais, c’est une consigne du parti. Le parti n’a jamais utilisé les engins publics et ne les utilisera pas », a-t-il laissé entendre.

En ce qui concerne la disposition qui plafonne la campagna électorale à tout candidat à une somme de 500 millions FCFA, le ministre indique que UNIR et tous les autres partis en course pour la présidentielle déposeront leurs rapports financiers à la cour des comptes qui les examinera pour voir s’il y a un parti qui a dépassé le plafond fixé par la loi.

Max D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici