Que doit faire le Togo pour améliorer sa performance à la prochaine revue de l’UEMOA ?

0
171

La 5e revue de l’UEMOA a laissé une trace indélibile sur la performance du Togo. Mais cette performance pour être amélioré a besoin encore de beaucoup d’efforts du coté des gouvernants. Voici entre autres certaines propositions pour une meilleure perspective.

En premier lieu, il faut lutter contre la persistance des entraves. La libre circulation des biens et des personnes ne va pas non plus sans problème.

Selon les experts, il est pourtant essentiel de le faire avancer pour l’édification complète et le fonctionnement harmonieux du marché commun. Or en l’état actuel des choses, cette liberté d’aller et venir au sein de l’espace communautaire est loin d’être une réalité. Contrôles intempestifs et extorsions de fonds constituent autant de blocages.

Dans la même veine il est relevé la persistance d’entraves non tarifaires consistant en l’institution de normes techniques empêchant l’importation de produits communautaires, en l’érection de multiples barrages sur les corridors de l’Union ou en l’exigence de marquage des produits industriels originaires agrées même lorsque ceux-ci sont accompagnés de certificats d’origine authentiques.

S’agissant des obstacles au commerce, malgré l’application du désarmement tarifaire intégral, il subsiste encore des entraves tarifaires et non tarifaires. Il s’agit notamment de l’existence de normes nationales, du certificat national de conformité, de l’obligation d’importer une quantité minimale, de l’application d’une valeur de référence à des produits originaires.

Au titre de la gestion des finances publiques, les perspectives se résument aux activités suivantes, nous avons le suivi de la mise en oeuvre des textes communautaires de finances publiques à travers des missions d’évaluation, la rédaction de guides d’application et de notes explicitant certaines dispositions des directives.

Enfin, le Traité portant création du Parlement devrait entrer en vigueur dès l’achèvement des procédures de ratification par les Parlements nationaux. Le nouvel ordonnancement institutionnel qui en résultera, confortera indéniablement la légitimité des actes communautaires, avec l’intervention à toutes les étapes des procédures d’adoption, du Parlement, émanation des populations, en tant que Co-législateur, à côté du Conseil des ministres.

Si toute ces conditions précitées sont mises en oeuvre, nous sommes convaincus que le Togo va améliorer davantage son score.

Prudence A

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici