Le préfet de l’Avé, Kossi Awu a-t-il monté des gens pour ôter la vie à Dimas Dzikodo ?

0
63

Le Directeur de publication du journal ‘Forum de la semaine’, Dimas Dzikodo est sous menace de la mort. Selon la Direction du journal, le préfet de l’Avé, Kossi Awu en voudrait son Directeur pour avoir mis à nu ses malversations financières et sa mauvaise gestion à la tête de ladite préfecture.

Dans un communiqué publié vendredi, la Direction du journal indique que M. Awu aurait monté des gens pour ôter la vie à son Directeur.

Selon la Direction du journal, dans la soirée du 2 octobre dernier, son Directeur de Publication, Dimas Dzikodo a reçu la visite d’un conducteur desservant quotidiennement le tronçon Lomé-Kpalimé qui affirme avoir transporté à partir de la devanture de la Préfecture de l’Avé (Kévé), cinq (05) individus dont la discussion pendant le trajet lui a permis de comprendre que deux d’entre eux proviendraient de Kumasi (Ghana), dépêchés au Togo par le truchement d’un autre membre du groupe qui lui est originaire d’Aflao (Ghana).

« Les trois habitants du Ghana étaient en compagnie de deux jeunes du village. Le jeune homme d’Aflao rassurait les deux autres d’Aképé qui semblaient redouter leur mission (de nature inconnue) mais dont la cible est bien Dimas Dzikodo », indique le communiqué.

Pour la Direction du journal,  ce témoignage prouve que le préfet M. Awu dont la gestion approximative de l’administration de l’Avé, meublée de détournements avérés qui ont amené la Haute Autorité pour la Prévention et la Lutte contre la Corruption et les Infractions assimilées (HAPLUCIA) à descendre dans la préfecture depuis le 12 septembre dernier afin d’y mener un contrôle, et qui subit de plein fouet les dénonciations de notre publication « Forum de la semaine », aurait fait venir des jeunes du Ghana en vue de s’en prendre physiquement à son Directeur.

« Les messages audios chargés de menaces de mort à peine voilées que le préfet Kossi Awu envoie régulièrement à ses proches et dont nous sommes en possession nous confirment que ce Monsieur entend réellement mettre en exécution ses menaces », écrit la Direction du journal.

Elle dit prendre à témoin l’opinion nationale et internationale, les autorités politiques et sécuritaires, la presse nationale et internationale, de tout ce qui adviendra à  Dimas Dzikodo et au conducteur dans les jours, semaines et mois à venir car dit-elle la liberté d’expression et de presse est acquise de haute lutte par le peuple togolais et ce n’est pas les complots et menaces de mort d’un préfet et de certains de ses proches pris en flagrant délit de détournements et de corruption qui la feront reculer dans sa détermination à faire triompher la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des communautés et de ses biens appelés désormais à être gérés par des communes nouvellement installées et à qui une presse efficace devrait servir de garde-fou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here