Togo: le FMI note un taux de croissance économique de 5,3% en 2019

0
42

Le Fonds monétaire international (FMI) a présenté mardi les conclusions de sa mission du 28 août au 10 septembre au Togo dans le cadre de la cinquième revue du programme soutenu par une Facilité élargie de crédit (FEC). L’Institution a noté que la « reprise économique se poursuit ». De même, elle a relevé que les « réformes de l’administration des recettes et de la gestion des dépenses publiques progressent » et les « politiques actuelles du gouvernement s’alignent sur celles de l’UEMOA, notamment à travers des critères de convergence régionale ».

La mission a rencontré le Premier ministre Sélom Klassou et a eu des entretiens avec le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, la ministre de la planification du développement et de la coopération, Demba Tignokpa, le directeur national de la BCEAO, Kossi Ténou, d’autres hauts fonctionnaires de l’administration, des hauts responsables de la BCEAO et de la commission bancaire ainsi que des représentants du secteur privé et des partenaires au développement.

A l’issue, le chef de la délégation dit avoir découvert des progrès satisfaisants lors des discussions.

« Après une forte décélération en 2017 due aux tensions sociopolitiques, l’activité économique a repris en 2018 et la reprise s’est poursuivie au premier semestre de 2019. La croissance économique devrait s’accélérer légèrement, passant de 4,9% en 2018 à 5,3% en 2019. L’important effort budgétaire amorcé en 2017 s’est poursuivi à fin juin 2019. Le recouvrement des recettes a atteint l’objectif visé en juin et les dépenses globales ont été inférieures aux prévisions », a laissé entendre Ivohasina Fizara Razafimahefa.

Il ajoute que si les politiques actuelles sont maintenues au second semestre de 2019, le Togo respectera pour la troisième année consécutive le critère de convergence relatif au déficit budgétaire de 3% du PIB fixé par l’UEMOA et rappelle que le cadrage budgétaire pour 2020 vise un déficit budgétaire global légèrement inférieur à 2% du PIB.

Le FMI a aussi constaté que les réformes structurelles budgétaires progressent. Au niveau des dépenses, il a indiqué qu’il sera mis en œuvre les principales mesures découlant de la revue des dépenses achevées récemment et des dispositions seront prises pour remplir les conditions préalables pour une transition harmonieuse vers l’instauration du budget-programme et élargir le champ du compte unique du trésor.

En dépit de quelques retards observés dans le programme de la privatisation des deux banques étatiques UTB et BTCI, la mission s’est félicitée de l’engagement du gouvernement à mener à bien le processus.

La mission du FMI salue les progrès réalisés récemment dans l’amélioration du climat des affaires. M. Razafimahefa a souligné que la poursuite des efforts dans ce domaine sera essentielle pour atteindre les objectifs du Plan National de Développement (PND) et contribuera à promouvoir une croissance économique inclusive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here