Togo : 77% de réformes réalisées à fin juin 2019, le secteur privé invité à réaliser ses marchés

0
133

Le ministère de l’Économie et des Finances avec l’appui de la Banque mondiale a tenu mardi à Lomé la 19e revue nationale de la performance des réformes dans les départements ministères et institutions de l’Etat à la fin du mois de juin 2019. Le département dirigé par Sani Yaya a noté des avancées avec 77% des réformes réalisées. Toutefois, le secrétariat permanent chargé des réformes audit ministère déplore un faible taux d’exécution des marchés publics dans le pays.

Selon Mongo Aharh-Kpessou, Secrétaire permanent chargé des réformes au ministère de l’économie et des finances, l’objectif de la rencontre est d’identifier les difficultés et de prendre des dispositions pour accélérer la mise en œuvre de celles prévue pour le deuxième semestre 2019.

Entre autres réformes réalisées, on note la tenue des élections locales, les mesures prises dans le secteur des marchés publics, les réformes en cours dans le secteur de la santé avec la contractualisation etc.

En fin juin 2019, il ressort que sur un total de 95 activités de réformes programmées, 15 ont été performantes sur 19 évaluées conformément à la valeur acquise. Ce qui représente un taux de 78,9%. 54 ont été efficaces sur 26 évalués en fonction du taux d’exécution physique, soit un taux de 71,1%.

Et sur 56 réformes programmées dans le secteur des finances publiques, il ressort que 25 ont été réalisées, 26 sont en cours de réalisation et 5 sont restées non réalisées, soit un taux de 91,1% de réformes réalisées ou en cours de réalisation.

Toutefois, le secrétariat permanent chargé des réformes audit ministère déplore un faible taux d’exécution des marchés publics.

« Le secteur privé occupe une place de choix dans la réalisation du Plan National de Développement (PND 2018-2022). Par exemple, dans le cadre de construction des centres de santé, l’Etat a mis à disposition d’une entreprise tous les moyens. Mais le blocage se trouve au niveau de l’entreprise qui n’a pas pu réaliser. En juillet, sur 95 milliards de ressources internes, il n’y a que 15 milliards qui sont payés. Et sur 189 milliards des investissements sur ressources externes, il n’y a que 51 milliards, soit 27%. C’est pour cela que nous interpelons le secteur privé pour ceux qui prennent les marchés puissent faire l’effort de les réaliser », a laissé entendre M. Aharh-Kpessou avant d’annoncer qu’il y aura prochainement une réunion avec le secteur privé pour discuter de ce problème.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here