2e Festival Culturel Grand Atoèta : Pio Machihude et Anne-Marie Eusébio aux côtés de leurs frères

0
110

Les natifs du Grand Atoèta ont célébré samedi dernier à Atoèta-Centre (une localité située dans la préfecture des Lacs Nord-Est de Lomé) la 2e édition du Festival Culturel Grand Atoèta. Organisée par l’Association des natifs du Grand Atoèta (ANGA), le Festival a regroupé les populations des 28 villages du Grand Atoèta et a été rehaussé par la présence du représentant en charge du ministre de la culture, M’banana Awesso, du préfet des Lacs, des personnalités diplomatiques et des cadres de la localité dont le professeur commandant, Pio Machihude et le consul honoraire du Congo au Togo, Anne-Marie Eusébio épouse Gbikpi-Agamah.

Les populations du Grand Atoèta ont renoué avec leur culture et tradition. Depuis 3 ans, ils créent l’évènement dans la localité en organisant une célébration spéciale par des chants, des danses traditionnels et des savoirs faires culturels.

Ils n’ont pas dérogé la règle samedi dernier. Toute la population, dans sa composante a célébré dans une ambiance conviviale la 3e édition du Festival Grand Atoèta.

Les activités de la célébration ont été rehaussée par la présence du commandant, Pio Machoudé, cadre du milieu.

Pour le chef du Grand Atoèta, Oba Kabiossi Okouandé Adékambi III, l’organisation du Festival Culturel Grand Atoèta a pour objectif de valoriser et de faire pérenniser la culture du milieu.

« Un constat est clair. Aujourd’hui notre culture et nos traditions sont menacées d’instinction  par la multiplicité des courants culturels qui traversent le monde de plus en globalisé du troisième millénaire. Et donc, nous avons le devoir non seulement de nous défendre mais également transmettre à nos enfants ce que nos parents nous ont légués », a-t-il indiqué.

Le coordinateur d’ANGA et rapporteur du comité d’organisation, Birr Adeothy, s’est réjoui de la réussite de cette édition.

« Nous sommes fiers de la tenue effective de cette 2e  édition du Festival Culturel Grand Atoèta car un peuple sans culture est un peuple sans origine et sans histoire. C’est pourquoi, nous avons pris sur l’engagement d’œuvrer pour la  pérennisation et la valorisation de nos traditions et de ce qui nous sert de culture intrinsèque. Nous voulons faire divulguer notre culture à travers le monde entier », a-t-il déclaré.

Le programme du Festival s’est poursuivi dans l’après-midi par un cocktail et la soirée par des danses traditionnelles, un match de football et un concert. Le lendemain, il y a eu des cultes religieux dans les différentes églises suivis d’une réjouissance populaire dans les différents villages.

Max D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here