1er mai 2019 : le SYNBANK et le SYNASSUR réclament une augmentation de salaire

0
158

La Journée internationale du travail célébrée ce mercredi 1er mai n’est pas passée inaperçue chez les agents de banques et d’assurances. Après une caravane qui a chuté dans l’enceinte du Groupement Togolais des Assurances (GTA C2A), les membres du Syndicat des Employés et Cadres des Banques du Togo (SYNBANK-Togo) et du Syndicat National des Employés et Cadres des Compagnies d’Assurances du Togo (SYNASSUR-Togo) ont remis leur cahier de doléances au représentant du président de l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers du Togo (APBEF-Togo), Michel Dorkenoo. Un petit cocktail a également marqué la célébration.

Selon la Secrétaire générale du SYNBANK, Josephine Patassé la principale préoccupation des agents de banques et d’assurances demeure l’augmentation des salaires.

« Notre principale revendication se trouve être l’augmentation de nos salaires afin que nous puissions convenablement subvenir aux besoins de nos familles. C’est dans ce sens que nous avons énoncé notre convention collective pour aller déclencher les négociations avec nos patrons », a-t-elle indiqué.

Michel Dorkenoo, représentant du président de l’APBEF reconnait que la principale revendication des membres du SYNBANK et du SYNASSUR concerne la convention collective et annonce des négociations en vue de trouver une solution définitive.

« Chaque 1er mai, l’APBEF vient recevoir le cahier de doléances du SYNBANK et du SYNASSUR. La revendication principale demeure la convention collective en vigueur actuellement et qui date d’octobre 2013. Mais si cette convention collective dure jusqu’à maintenant, la responsabilité incombe aux deux syndicats. Ils ont fait preuve de responsabilité, c’est pourquoi ils l’ont cette fois-ci dénoncée. En tout cas, les employeurs ont pris la mesure de la situation en acceptant cette dénonciation et actuellement nous sommes en train de nous préparer pour rentrer en négociation avec eux et trouver un compromis », a laissé entendre Michel Dorkenoo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here