Entretien avec Mme Marie-Joe TRENOU, initiatrice de « Woman Night qui est à sa 3ème édition

0
78

Mme Marie-Joe TRENOU, Directrice Générale de l’Agence Eclat d’Etoile et aussi Présidente du Comité d’organisation de «Woman Night », un événement qui a lieu depuis 3 ans dans le mois de mars pour célébrer, non seulement les femmes en général et en particulier, celles qui se distinguent par leur engagement au sein de la société, mais aussi les hommes qui font de la promotion de la femme, leur combat. A l’occasion, de la journée de la femme 2019, le jounal Social Infos a rencontré Mme Marie-Joe Trénou. Elle nous parle de l’évolution de la condition féminine et des préparatifs de la troisième édition de « Woman Night » qui auront lieu le 09 mars prochain. Nous vous proposons l’intégralité de l’entretien sur notre site.

Social Infos : Bonjour Madame, vous êtes connu comme la Directrice de ECLAT D’ETOILE et Présidente de la Fondation Agir ensemble pour l’Afrique. Depuis quelques années, vous organisez la soirée dénommée « Woman Night ». De quoi s’agit-il exactement ?

« Woman Night » est une soirée de gala que nous avons créée il y a trois ans. Cette initiative a été prise pour célébrer la journée du 8 Mars et s’inscrit dans une démarche philanthropique de soutien aux organisations qui œuvrent en faveur des femmes et de leur bien-être. Cela nous permet de participer, à notre petit niveau, à la promotion de leurs droits et au renforcement de leur statut au sein de la société.

Au cours de cette soirée, vous primez également des hommes pour leur engagement envers la gente féminine. Le 8 Mars étant une journée pour l’égalité des droits entre hommes et femmes, il est naturel que les hommes qui s’illustrent par leurs actions exemplaires aient leur place à nos côtés. Bien évidemment, nous encourageons et récompensons ces hommes pour tout ce qu’ils font.

Dites-nous comment se prépare l’édition de cette année et quelles sont les difficultés que vous rencontrez et éventuellement les innovations ?

L’édition 2019 se prépare dans de bonnes conditions avec comme invités un parterre de personnalités du monde de la culture, de la politique et de la société civile. Au programme : différentes intervenantes et intervenants, buffet et échanges informels entre participants, animation par une maîtresse de cérémonie, exposition photos et clips vidéos sur les femmes aux parcours exceptionnels, musique, remise de trophées et cadeaux surprises, etc…

Pour vous, le 08 mars représente quoi et qu’est-ce que les femmes peuvent en retenir essentiellement ?

Pour moi, c’est une date très importante liée au combat des femmes pour leurs droits dans tous les domaines. Date certes symbolique mais nécessaire pour faire un bilan du chemin parcouru et aussi des autres défis à relever pour l’égalité et la justice. Le fait que cette journée soit célébrée est une victoire en soi pour toutes les femmes, car cela représente l’aveu implicite que les femmes vivent, une condition particulière, par l’égalité des droits entre hommes et femmes, il est naturel que les hommes qui s’illustrent par leurs actions exemplaires aient leur place à nos côtés. Bien évidemment, nous encourageons et récompensons ces hommes pour tout ce qu’ils font.Une condition qui nécessite donc un changement. Les droits des femmes, comme toutes les causes justes, exigent de la mobilisation et de l’engagement. Les femmes doivent donc se montrersolidaires pour faire avancer cette cause.

Cette année le thème retenu par l’ONU est : « Penser équitablement , bâtir intelligemment, innover pour le changement ». Au Togo, le gouvernement met l’accent sur la sous thématique : «Femme et gouvernance locale». Un commentaire ?

Les femmes doivent trouver toute leur place dans la société afin d’apporter leurs contributions à tous les niveaux au même titre que les hommes.Tout ce qui est fait pour qu’elles puissent exprimer sans aucune discrimination de leurs talents et compétences doit être encouragé. À ce propos, l’effort constant sur cette thématique que fait l’État togolais dans la mise en œuvre de sa politique sociale est à saluer et va dans le bon sens.

Trouvez-vous que d’une manière générale les conditions de vie et de travail des femmes togolaises ont connu une évolution ces dernières années?

Bien évidemment, l’évolution est positive mais il y a encore à faire. Malgré tout, il est à noter que le changement des mentalités participe à cette évolution où l’on voit l’émergence de femmes leaders dans beaucoup de domaines.

Quelle lecture faites-vous des nouvelles discriminations dont elles sont victimes les femmes?

Hélas, des combats restent toujours à mener pour faire reculer et disparaître ces nouvelles discriminations. Mais nous sommes optimistes car les choses bougent positivement. Même les stéréotypes les plus rétrogrades tendent à disparaître à la lumière d’une prise de conscience de ces phénomènes dans toutes les couches de la société. Ces problèmes font l’objet d’une particulière attention dans leur récrimination de sorte qu’on les perçoit avec une moindre acuité qu’auparavant. Mais on doit les combattre avec la même énergie.

Un message à l’endroit des femmes et des jeunes filles togolaises pour qui vous constituez un modèle ?

Je leur dirai de toujours croire en leur potentiel et d’être ambitieuses pour elles-mêmes et pour le pays. Si nécessaire, elles doivent aussi être prêtes à se battre avec les moyens légaux pour faire prévaloir leurs droits pour une réelle égalité. Précision importante, quand nous disons égalité, cela ne consiste pas à opposer femmes et hommes mais à les réunir dans une complémentarité retrouvée qui plonge ces racines dans nos valeurs traditionnelles africaines. D’ailleurs, l’histoire de notre continent foisonne d’exemples où les femmes ont joué un rôle éminent aussi bien dans la société civile qu’au niveau de l’État. Aimé Césaire disait que « la voie la plus courte pour aller vers l’avenir est celle qui passe toujours par l’approfondissement du passé »alors retournons-nous sur ce passé glorieux pour y trouver une source vivifiante pour ce qui est de la thématique du rôle central de la femme.
Et tirons-en tous les enseignements pour reconstruire les bases d’une société où chacune et chacun trouve toute sa place, une société en paix et en harmonie avec elle-même ; en somme avec ses valeurs fondamentales.

Interview réalisée par nos confrères de Social Infos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here