Un engin explosif désamorcé et 4 terroristes anéantis ce mercredi à l’Aéroport international de Lomé

0
763

Les forces de défense et de sécurité de l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé se mettent en ordre de bataille pour répondre promptement aux éventuelles agressions terroristes. Un exercice test du niveau opérationnel de riposte de ces forces de défense et de sécurité a eu lieu ce mercredi à l’aéroport international de Lomé. Cet exercice a consisté en une agression terroriste simulée, suivie de riposte qui s’est déroulé sous le regard du ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général Yark Damehame.

Selon le Colonel Langbatibe Bolidja, Coordonnateur de l’Aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé, l’opération a consisté à désamorcer s’il y a lieu un engin explosif signalé à récupération des bagages et à l’anéantissement de quatre (4) terroristes qui ont attaqué le côté ville pour rentrer dans l’aérogare.

« On a reçu un coup de fil anonyme nous signalant la présence d’un engin explosif à la récupération des bagages. On a en même temps mis en branle la procédure d’urgence notamment un cordon intérieur qui a été mis en place par le commissariat spécial de l’aéroport. Les artificiers ont été également alertés et déployés sur les lieux pour reconnaitre et désamorcer s’il y a lieu l’engin explosif qu’ils allaient découvrir. La 2e partie consistait à agir sur 4 terroristes qui ont attaqué le côté ville pour rentrer dans l’aérogare. L’officier à aider en premier lieu est soutenu par le groupe d’intervention léger anti terroriste », a-t-il indiqué.

Le Général Yark Damehame, a pour sa part, relevé que ces genres d’exercices permettent de découvrir les insuffisances des dispositifs sécuritaires mis en place.

« Des enseignements sont à tirés de cet exercice. C’est un exercice qui permet aux autorités qui gèrent l’aéroport de voir les hauts et les bas, les insuffisances et les dysfonctionnements pour les corriger et pouvoir faire face à la réalité si un jour cela se passait. Il y a eu des exercices précédents qui leur ont permis de tirer des leçons. On ne souhaite pas, mais si ça arrivait, je crois que nos forces ont la capacité de réagir promptement pour anéantir les criminels », a-t-il déclaré.

Cet exercice a été voulu par les autorités de la sûreté de l’aéroport international Gnassingbé Eyadema et vise à tester son dispositif de sécurité et de riposte pour répondre aux normes internationales en termes de sécurité.

Max D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here