Gilbert Bawara : ‘Le gouvernement a satisfait la majorité des revendications des enseignants’

0
237

La crise que traverse l’éducation togolaise est  loin de finir tôt parce que les protagonistes ne sont pas sur la même longueur d’onde. Le ministre Gilbert Bawara de la  fonction publique a donné la position du gouvernement ce dimanche dans le journal de 13h sur la télévision togolaise.

La situation de crise que traverse le secteur de l’éducation au Togo ne laisse pas indifférent les hautes autorités togolaises qui s’évertuent à trouver une solution définitive. C’est ce qu’a tenté d’expliquer M. Bawara cette mi-journée.

« On a beaucoup de peine par rapport à l’immensité des efforts qui ont été faits par le gouvernement dans le secteur de l’éducation et les résultats auxquels nous sommes parvenus surtout pour la situation actuelle », a indiqué d’entrée de jeu le ministre.

Depuis janvier 2017, a-t-il poursuivi, l’essentiel des préoccupations et des revendications a trouvé satisfaction. « Qu’il s’agisse de l’élaboration du statut particulier qui va être adopté incessamment, de l’intégration des enseignants auxiliaires avec une incidence financière et budgétaire considérable », a-t-il souligné.

Par ailleurs, le ministre Gilbert Bawara a martelé que la quasi-totalité des enseignants auxiliaires ont été intégrés dans la fonction publique, et  que le problème de  remboursement des cotisations  qui  avaient a été effectuées par  certains enseignants auxiliaires avant leur intégration  dans le cadre des fonctionnaires,  a été  réglé avec   1. 750 000 000 F CFA qui ont été déboursés et remboursés aux ayants droit.

« En matière de primes, nous nous rappelons depuis 2012, l’Etat avait instauré des primes de rentrée et de bibliothèque, ensuite une prime d’incitation à la fonction enseignante. Ces primes ont été regroupées et ont connu une amélioration significative », a laissé entendre le ministre.

Dans la suite de son intervention,  ce dernier  a rappelé qu’au mois de mars 2017, le gouvernement a concédé au doublement de ces primes, notamment celle de l’incitation à la fonction enseignante, pour la faire passer de 8000 F CFA à 16 000 F CFA pour les catégories B, C et D et de 10 000 F CFA à 20 000 F CFA pour les catégories A.

« Au mois d’octobre 2017, 5000 F CFA ont été ajoutés systématiquement à l’ensemble du personnel éducatif. Ce qui fait que nous aurions espéré et souhaité que les activités pédagogiques et scolaires connaissent un bon déroulement, qu’il y est la sérénité, le calme et la tranquillité », a ajouté Gilbert Bawara.

« Malheureusement, en ce moment même, nous constatons que les enfants auront été les victimes expiatoires de nos comportements notamment de l’attitude des organisations syndicales, a -t-il déploré.

Tout compte fait, le gouvernement ne reste pas les bras croisés face à cette situation de crise qui a trop duré. C’est pourquoi, il a accepté mettre en œuvre les recommandations issues du groupe de travail qu’avait mis en place le gouvernement.

Prudence A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here