Olympio : ‘Personne ne peut s’en tenir à un communiqué pour interdire un droit constitutionnel’

0
437

Va-t-on vers un nouveau bras de fer entre le pouvoir en place et la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise la semaine prochaine ? Cette question mérite d’être posée puisque la coalition des 14 partis politiques dit maintenir les manifestations publiques qu’elle projette sur les 11, 12 et 14 avril prochains malgré qu’elles soient interdites par le gouvernement qui brandit les recommandations du dialogue.

Reçu ce dimanche dans l’émission « D12 » de Pyramide Fm, le président du Parti des Togolais, parti membre de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, Nathaniel Olympio, a laissé entendre que jusqu’à preuve du contraire, les manifestations des 11, 12 et 14 avril prochains sont maintenues.

Selon lui, personne ne peut s’en tenir à un communiqué signé lors des travaux préparatoires du dialogue inter-togolais pour interdire un droit constitutionnellement reconnu.

Ainsi, relève-t-il que la correspondance du ministre de l’administration territoriale qui interdit les prochaines manifestations sur la base de ce communiqué, « est nulle et de nul effet ».

« Durant le dialogue, la coalition a toujours fait un projet de manifestation et si elle n’a pas manifesté c’est en toute responsabilité et en respect au facilitateur qui demande du temps pour mener ses consultations », a indiqué M. Olympio.

« C’est la coalition de l’opposition même qui a décidé de sursoir aux manifestations publiques et elle peut les reprendre lorsqu’elle le veut bien », a-t-il ajouté.

Vivement que les deux parties puissent faire prévaloir l’intérêt national sur leurs propres intérêts pour que les prochains jours ne nous réservent pas les situations désastreuses que nous avions connues depuis le début des manifestations publiques le 19 août 2017.

Max D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici