Crise du secteur de santé : Le SYNPHOT rejette la proposition de résolution et décide d’entrer en grève

0
66

Plus rien n’arrête les agents de santé dans leur détermination d’obtenir les meilleures conditions de vie et de travail. Réunis ce matin en assemblée générale à la maison de la santé, les membres du Syndicat des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour le compte de leur lutte. Ils ont décidé en commun accord de faire un débrayage au niveau du ministère de la santé et de la protection sociale pour se faire entendre.

Face aux refus des gouvernants d’écouter leur cri, le SYNPHOT a endurci le ton ce matin en manifestant devant le ministère et en réclamant la démission du ministre Mijiyawa Moustafa.

Après des cris de mécontentement, les premiers responsables du SYNPHOT ont été reçus par le ministre de la santé et de la protection sociale, Prof. Moustafa Mijiyawa. Il leur a été notifié qu’un cadre de discussion sera mise en place pour réfléchir de manière globale sur les maux qui minent le secteur de la santé au Togo et rendre au plus tard le 20 avril prochain un rapport.

Au sortir de l’entretien, les responsables du SYNPHOT ont indiqué qu’ils vont informer leur base de la décision du ministre pour décider ensemble de la conduite à tenir jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

Cette façon de régler les problèmes n’a pas reçu l’assentiment de la base du SYNPHOT qui a une fois encore décidé d’aller à une nouvelle grève à compter de ce mardi jusqu’au vendredi prochain à minuit, avec un service minimum assuré aux patients.

Présente aux côtés de ses camarades, la Coordinatrice de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT), Nadou Lawson a déploré l’attitude des autorités. « Cela fait déjà trois à quatre semaines qu’ils (les médecins ndlr) sont en train de manifester pour le bien-être de la population. Ils réclament juste de meilleures conditions de travail. Il faut que les centres de santé leur permettent de pouvoir faire leurs prestations au maximum. Ils font partie de la STT et nous faisons partie aussi de la population. Nous sommes venus pour les soutenir. Je suis désolée que c’est aujourd’hui qu’on nous informe de la mise en place d’un cadre de discussion », regrette Mme Nadou Lawson.

Pour rappel, les centres de santé publique du Togo sont connaissent des mouvements d’humeur depuis le 3 janvier dernier sur appel des membres du SYNPHOT qui réclament des meilleures conditions de travail.

Prudence A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here