Satchivi: ‘Le dialogue doit être une porte de sortie honorable pour Faure Gnassingbé’

0
379

Il annonçait il y a quelques semaines son engagement à combattre politiquement le pouvoir de Faure Gnassingbé. Aujourd’hui c’est chose faite. Il, c’est Foly Satchivi, puisque c’est de lui il s’agit, a lancé ce samedi 17 mars 2018 à Lomé, un mouvement intitulé ‘En aucun cas’.

Ce mouvement, selon son premier porte-parole, Foly Satchivi, se donne pour mission à court terme de faire raisonner par tous les moyens autorisés par la Constitution nationale et populaire du 27 septembre 1992 le président Faure Gnassingbé afin qu’il laisse pacifiquement le pouvoir, le cas échéant le contraindre à libérer le fauteuil présidentiel.

La nouvelle organisation du président de la Ligue Togolaise des droits des élèves et étudiants (LTDE) estime que le Chef de l’Etat actuel ne dirige pas bien le pays ; en témoigne les multiples mouvements de contestation récurrents dans tous les secteurs du pays.

Aussi, pense-t-il que le dialogue togolais en cours doit constituer une porte de sortie honorable pour le président de la République Faure Gnassingbé, au cas échéant il sera contraint par une révolution populaire.

Le mouvement soutient sa lutte par le fait que la constitution de 1992 votée par les togolais à 98% est une constitution nationale et populaire et qu’elle a été unilatéralement modifiée par une assemblée nationale illégitime issue elle-même d’une CENI illégale, illégitime et contestée aussi bien par la communautaire que les acteurs politiques et les leaders de société civile.

« La constitution modifiée en 2002 est celle du RPT devenu aujourd’hui UNIR, donc ne peut en aucun cas être imposée au peuple togolais. Les modifications apportées à la constitution de 1992, au regard de leurs caractères illégaux et illégitimes, doivent être purement et simplement retirées de l’ordonnancement juridique. Force doit rester uniquement aux textes votés en septembre 1992 par le peuple togolais », lit-on dans la déclaration liminaire.

Par ailleurs, le mouvement demande particulièrement au Groupe Bolloré de raisonner le pouvoir car il estime que les temps ont changé et que l’époque où l’on peut espérer mourir au pouvoir est révolue.

Pour atteindre son objectif, l’alternance politique pacifique au Togo, le mouvement ‘En aucun cas’ convie les différents acteurs, notamment les militants d’UNIR, les militaires, les policiers et les gendarmes, la jeunesse togolaise, le peuple togolais, le gouvernement français, l’opposition et la société civile à jouer leur partition.

Max D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici