Vers une éclosion totale de l’économie numérique au Togo, le DG TogoCom Affoh Atcha-Dedji, l’instigateur

0
106

Dans cet entretien qui intervient après sa participation au congrès mondial des Télécoms à Barcelone, du 26 février au 1er mars dernier, il s’est exprimé sur la situation socio-politique qui prévaut dans le pays depuis plus de six (6) mois et ses répercussions sur l’économie nationale.

Atcha-Dedji a également levé le voile sur les perspectives du secteur numérique au Togo, notamment les efforts du gouvernement pour rendre dans les prochains jours, la connexion plus rapide et plus accessible pour tous.

Ci-dessous, l’intégralité de l’interview !

Bonjour M. Affoh Atcha-Dedji : Quelles sont aujourd’hui les priorités du Togo ?

Affoh Atcha-Dedji : Ne nous voilons pas la face, elles sont économiques. Les grèves, marches et manifestations qui se sont déroulées au Togo, avec deux ou trois jours de « ville morte » par mois à Lomé depuis août dernier, ont mis à mal l’économie du pays. Un seul exemple vous en donnera la mesure : les recettes douanières et fiscales – qui ont chuté de 20 % à 25 % – ont causé plus de 50 milliards de Francs CFA de pertes pour le Togo en 2017.

Maintenant que le calme est revenu dans les rues et qu’un dialogue politique a repris le 15 février dernier entre le pouvoir et l’opposition, le Togo a donc rapidement besoin d’une véritable relance économique. Et celle-ci tient à cœur au chef de l’Etat, dont l’objectif est de ramener au plus vite les investisseurs. Car certains investisseurs et opérateurs économiques importants pour notre pays n’ont plus bougé depuis le début des troubles et il nous faut désormais établir un plan d’urgence et rattraper le manque à gagner.

Pour ce faire, le président Faure Gnassingbé envisage d’organiser une grande Conférence économique à Lomé ainsi qu’un Forum de la Jeunesse car le problème de l’emploi, et notamment de l’emploi des jeunes, est notre souci numéro un.

Et ses principaux atouts dans la sous-région ?

C’est assurément la stabilité, à la fois politique et sécuritaire, du pays. Tant il est vrai qu’il n’y a pas de développement sans sécurité. Je vous en donne un seul exemple : notre côte togolaise, parfaitement sécurisée par notre Marine nationale, est devenue la » zone refuge » pour de nombreux bâtiments de commerce qui mouillent la nuit au large du port de Lomé en toute sécurité.

Et c’est notre fierté !

Le Sommet extraordinaire de l’Union africaine, que nous avons organisé à Lomé en octobre 2016, était d’ailleurs consacré à la Sûreté et à la Sécurité maritime et fut un succès apprécié et reconnu par toute l’Afrique. Les importantes ressources de la mer ne sont d’ailleurs pas à négliger.

Votre pays préside actuellement la CEDEAO…

C’est exact puisque le président Faure Gnassingbé a pris la succession pour un an de la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, à la tête de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest lors du sommet de Monrovia, en juin dernier.

Sommet qui a également donné son accord de principe à l’adhésion du Maroc à a CEDEAO. Et nous allons donc organiser à Lomé le prochain sommet de la CEDEAO au mois de juin.

Sur le plan économique, quelles sont vos prochaines grandes échéances ?

Nous préparons déjà la Grande Foire internationale de Lomé qui se tient chaque année au mois de novembre et constitue un rendez-vous important pour de nombreux opérateurs économiques.

En dépit des échéances électorales à venir (municipales, régionales et législatives) qui cristallisent le débat politique, je reste optimiste. Le Togo peut s’en sortir si tout le monde se remet au travail. L’autre grande priorité pour notre pays, c’est en effet l’agriculture avec le coton, l’anacarde (noix de cajou), le café-cacao, le soja et le maïs. Sans oublier l’élevage des bovins et des ovins. Pour améliorer notre production nationale dans tous ces secteurs vitaux pour notre économie, il faut créer des agropoles dans nos cinq régions puis dans la quarantaine de préfectures du pays. Nous devons également nous lancer dans la pisciculture pour compléter la pêche et produire nous-mêmes du poisson au lieu d’en importer.

Et quelles sont les nouveautés à venir dans votre secteur des télécoms ?

Au Togo, nous sommes en train de transformer tout ce secteur des télécoms pour en faire un secteur ouvert et concurrentiel, comme en témoignent les licences accordées à Vivendi, à travers sa filiale GVA en 2017. Ce groupe s’installe actuellement, tire les câbles et sera opérationnel d’ici la fin mars.

Il va amener la fibre TTH à Lomé ou, du moins, dans certains quartiers de la capitale pour commencer. Teolys, un second opérateur de fournisseur d’accès à internet, est également annoncé avec la mise en place d’un mobile LTE à haut débit.

Quant à nous, chez Togocel, nous préparons le lancement de la 4 G à Lomé dès la fin du mois d’avril. Et ce secteur du numérique peut booster toute l’économie du pays.

Source :www.lafriqued’aujourd’hui.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here